Législatives 2017

Élections législatives 2017 : quelle place pour les animaux ?

80 % des Français jugent la cause animale importante (IFOP, 2017)

Les élections législatives se tiendront les 11 et 18 juin 2017. Elles confieront à 577 députés la responsabilité de porter la voix des citoyens, déposer et voter des propositions de loi et contrôler l’action du Gouvernement. 7882 candidats prétendent à la députation.

→ Consulter notre base de données (2000 personnalités politiques)

→ Contribuer à faire entrer la question animale en campagne


Logo LREM
LREM
6/20
penche contre les animaux voir le calcul
Logo LR
LR
6.1/20
penche contre les animaux voir le calcul
Logo FI
FI
17.5/20
agit pour les animaux voir le calcul
Photo de Marion Maréchal-Le Pen
M. Maréchal-Le Pen
4.1/20
agit contre les animaux voir le calcul
Logo PS
PS
5.5/20
penche contre les animaux voir le calcul
Logo UDI
UDI
7.1/20
penche contre les animaux voir le calcul
Logo EELV
EELV
17.4/20
agit pour les animaux voir le calcul
Photo de Thierry Robert
T. Robert
4.2/20
agit contre les animaux voir le calcul
Logo PRG
PRG
5.9/20
penche contre les animaux voir le calcul
Photo de Nicolas Dupont-Aignan
N. Dupont-Aignan
13.5/20
penche pour les animaux voir le calcul
Logo PCF
PCF
10.1/20
penche pour les animaux voir le calcul
Logo PA
PA
19.9/20
agit pour les animaux voir le calcul

Durant les 5 années de la législature qui s’achève, l’Assemblée nationale a discuté, amendé, voté les lois. La question animale, jugée importante par 80% des Français, n’a pas eu une place à la hauteur de cette attente. Néanmoins, par la mobilisation des citoyens et des associations, la condition des animaux fut davantage évoquée et débattue que par le passé. La mise en œuvre d’une démarche de progrès à l’égard des animaux semble désormais s’inscrire comme une perspective incontournable pour nos institutions.

→ Voir les bilans individuels des députés sortants


Au terme de cette XIVe législature, seulement 42 députés participent au Groupe d'études Protection des animaux, créé en 2002 par la députée socialiste Geneviève Gaillard. À contrario, alors que la France compte moins de 2% de chasseurs, 120 députés sont inscrits au Groupe d’études Chasse et territoires. De très nombreux amendements pro-chasse ont ainsi régulièrement été déposés et soutenus, principalement par les députés LR, PS et FN, en particulier lors de l’examen de la “Loi pour la reconquête de la biodiversité”. Lors de ces débats, les députés écologistes se sont mobilisés contre des pratiques comme la chasse à la glu, le déterrage des blaireaux… sans parvenir à les faire abolir. Parmi les élus EELV, la députée Laurence Abeille s’est remarquablement mobilisée tout au long de son mandat pour une réelle prise en compte des animaux.

→ Voir les bilans des principaux partis


Quelques exemples illustrant l’irruption de la question animale dans le champ politique :


Bilans des principaux partis

Les notes globales et thématiques des partis sont calculées par un algorithme à partir des prises de positions de leurs membres. Les détails des prises de positions, des membres et des calculs sont accessibles à partir des icônes du tableau. Les notes affichées prennent en compte l’action de l’ensemble des membres des partis, à l'exception des partis n'ayant qu'un seul député sortant (il s'agit alors des notes du député incarnant la présence du parti concerné à l'Assemblée)*. De nombreux autres partis politiques présentent des candidats aux élections législatives. Certains d'entre-eux ont déjà déclaré engager l’ensemble de leurs candidats sur les 30 propositions du manifeste Animalpolitique :

→ Voir les bilans de l’ensemble des partis référencés


* Les notes représentant le Front National sont celles de Marion Maréchal-Le Pen, unique députée ayant été membre du Front National pendant cette législature (Gilbert Collard est membre du RBM mais pas du FN). De la même manière, les notes représentant le MoDem sont celles de Thierry Robert et celles représentant DLF sont celles de Nicolas Dupont-Aignan. Les notes de La République En Marche ! prennent en compte l’action des députés sortants ayant officiellement rejoint EM !