ont penché contre les animaux

sur les thèmes :

Pictogramme Élevage Élevage

Pictogramme Mer & pisciculture Mer & pisciculture

le 14 septembre 2018 - Vote

421 députés n'ont participé à aucun scrutin public sur les amendements défendant la condition animale

Laissent faire sans réagir

Agir !

Interpellez-les

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.
Albert Einstein.

80% des Français considèrent qu’il était du devoir de leur député(e) de voter favorablement sur ces amendements défendant la condition animale, selon un sondage IFOP de 2018 (source : L214).

Lors des examens en séance plénière du "Projet de loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable", ces députés étaient absents lors de tous les votes par scrutin public ordinaire susceptibles de réduire les souffrances des animaux. Les samedi 26 et dimanche 27 mai en 1ère lecture et le vendredi 14 septembre en nouvelle lecture, ces députés n'étaient pas là pour soutenir :

  • l'interdiction de l'élevage en cage des poules : l'amendement n°2020 a été rejeté (59 députés contre, 5 députés pour, scrutin public n°690) et l'amendement n°671 a été rejeté(26 députés contre, 13 députés pour, scrutin public n°1141)
  • l'obligation d'installer des caméras dans les abattoirs : l'amendement n°222 a été rejeté (61 députés contre, 13 députés pour, scrutin public n°698)
  • l'interdiction des "fermes-usines" : l'amendement n°2011 a été rejeté (58 députés contre, 5 députés pour, scrutin public n°697) et l'amendement n°670 a été rejeté (30 députés contre, 7 députés pour, scrutin public n°1137
  • le droit à un menu végétarien dans les cantines des crèches et des écoles maternelles : l'amendement n°548 a été rejeté (72 députés contre, 12 députés pour, scrutin public n°665)
  • l'interdiction de la castration à vif et de la coupe des queues des porcelets : l'amendement n°2018 a été rejeté (60 députés contre, 10 députés pour, scrutin public n°688)
  • l'interdiction de l'élevage en cage des lapins : l'amendement n°1575 a été rejeté (64 députés contre, 8 députés pour, scrutin public n°691)
  • la limitation de la durée des transports à 8H pour les mammifères et 4H pour les oiseaux et lapins : l'amendement n°224 a été rejeté (56 députés contre, 10 députés pour, scrutin public n°693)
  • l'exigence de garanties sur les conditions d'abattage des animaux exportés vivants : l'amendement n°228 a été rejeté (54 députés contre, 8 députés pour, scrutin public n°695)
  • la limitation de la durée des transports à 8H pour les mammifères et 4H pour les oiseaux et lapins : l'amendement n°2014 a été rejeté (60 députés contre, 9 députés pour, scrutin public n°694)
  • la désignation d'un "responsable de protection des animaux" dans les transports maritimes : l'amendement n°227 a été rejeté (52 députés contre, 13 députés pour, scrutin public n°696)
  • le remplacement des cages dans l'élevage de lapins par des "parcs collectifs" : l'amendement n°1622 a été rejeté (59 députés contre, 14 députés pour, scrutin public n°692)

Exemple de vote lors de la première séance du samedi 26 mai 2018
(illustration du taux de présence, première séance du samedi 26 mai 2018)

Notons que Christophe Bouillon et Alain Ramadier étaient présents lors de l'un de ces scrutins publics (le n°1141) mais se sont abstenus.

Le scrutin public n°689 sur l'amendement n°2347 n'est pas pris en compte car cet amendement, adopté à l'unanimité, ne prévoit que l'interdiction de l'installation de nouveaux élevages en cage de poules pondeuses, se limitant ainsi à simplement acter le fort déclin des ventes d'œufs issus de ce type d'élevage sans prendre en compte la volonté des citoyens d'interdire à terme ce type d'élevage.